Le marché de Sapa
Le train de nuit vous conduira lentement à Lao Caï. Au petit matin, une jeep rescapée des années pro-soviétiques vous transportera (peut être) à destination, celui qui a quitté Sapa il y a quelques années (six en ce qui me concerne), aura bien du mal pour reconnaître la petite bourgade endormie, , le nombre d'hôtels est passé de 12 en 1987 à 200, les chantiers dans et en dehors de la ville laissent supposer que les promoteurs et investisseurs n'ont pas l'intention de perdre un centimètre carré de terrain.
Les Hmong et les Dao Do n'ont pas abandonné leurs costumes traditionnels, qui sont aussi leurs fonds de commerce auprès des touristes ébahis devant de telles populations, mais pour ces femmes la vie des rues autour du marché de Sapa change très vite, des commerces tenus par des " Vietnamiens " se créent de jour en jour, la concurrence est rude, pimentée par des relations inter ethniques très tendues.
Ce qui fait aussi l'intérêt de Sapa se situe à quelques heures de marche, un environnement superbe permet de faire des randonnées et de profiter au maximum de la beauté environnante, traversée de villages Dao Do, Hmongs et Ngutoi Dao, vallées sublimes au soleil couchant, passage des torrents sur des ponts d'un autre âge, le soir l'accueil se fait chez les habitants de la région, qui ont trouvé, moyennant quelques aménagements sommaires, de quoi améliorer un tout petit peu leur quotidien.